« 5 fruits et légumes par jour ». Qui n’a jamais entendu ce slogan de santé publique ? Oui, mais me direz-vous, avec tous les pesticides, glyphosates et compagnie qui contaminent nos produits, est-il vraiment bon pour la santé d’en consommer quotidiennement ? La réponse est OUI, à condition de les nettoyer un minimum. Si vous cherchez sur le net, vous verrez qu’il existe plein de techniques différentes : vinaigre, bicarbonate, sel, citron, pépins de pamplemousse … Pour vous, j’ai cherché à savoir lesquelles sont des méthodes de grand-mère et lesquelles sont prouvées scientifiquement. Et surtout, lesquelles sont les plus économes 😉

Pourquoi laver mes fruits et légumes, même bio ?

Il est indispensable de les nettoyer soigneusement pour trois raisons :

1) Pour enlever la terre, la poussière, les petits insectes, les larves et autres petites bestioles qui aiment bien jouer à cache-cache #miammiamçacroustille #desprotéinesdansmasalade

2) Pour enlever tous les parasites issus d’animaux, notamment les bactéries et autres micro-organismes

Quoi, des bactéries sur ma pomme ? Et oui … Des chercheurs de l’Université du Colorado ont trouvé au total 26 bactéries différentes à la surface de fruits et légumes crus non lavés, issus de l’agriculture biologique et conventionnelle (tomates, pommes, laitues, épinards, fraises …). Certaines de ces bactéries peuvent être pathogènes. C’est le cas des bactéries intestinales (« Enterobacteriaceae »), dont Escherichia coli est le représentant le plus célèbre. Cette charmante famille, qui représente 30% des bactéries décelées dans l’étude, peut notamment provoquer des gastro-entérites. #Escherichiacolimonamour 

Ces « communautés invisibles » ne sont pas les mêmes selon le type de produit et selon le mode de culture, conventionnel ou bio. A noter selon cette même étude : la contamination pourrait aussi avoir lieu lors du conditionnement, du transport ou de la conservation. Autrement dit, vous pouvez vous-même contaminer vos fruits et légumes même déjà lavés, par exemple avec un couteau ou sur votre plan de travail s’ils n’ont pas été correctement nettoyés. Rassurez-vous, la majorité des bactéries analysées sont sans danger. Mais restons prudents et lavons nos fruits et légumes 😉

3) Pour enlever un maximum de pesticides (de synthèse ou naturels)

Nul besoin de vous démontrer les dangers des pesticides sur la santé, tant on a vu d’études fleurir à ce sujet dernièrement . Mais pour celles et ceux qui l’ignorent, gardez en tête que même en agriculture biologique des pesticides sont utilisés. La différence, c’est que les pesticides autorisés en bio sont en très grande majorité d’origine naturelle. Sauf que “naturel” ne veut pas dire sans dangers : les pesticides bio restent des substances actives. Mon but n’est pas du tout de dénigrer l’agriculture biologique, loin de là, je souhaite simplement vous rappeler l’importance de bien laver vos fruits et légumes, qu’ils soient bio ou non 😉

Quelles sont les méthodes qui fonctionnent selon la science ?

Je vous présente ici le fruit de mes recherches. Allez, courage ! 😀

Etudes sur les micro-organismes :

1) Des scientifiques de l’Université de Californie ont étudié la réduction de salmonelles sur les pommes selon différents procédés que nous connaissons bien. Selon eux, des méthodes simples fonctionnent : le simple fait de laver à l’eau, frotter, rincer et sécher permet de réduire les micro-organismes de manière significative. Des bains au vinaigre ou au chlore ont également donné de bons résultats, mais les scientifiques déconseillent l’usage du chlore pour un nettoyage domestique des fruits et légumes. (Hum … laver vos pêches à l’eau de Javel ça vous tente vous ?) Conclusion : contre les bactéries, vive le vinaigre !

2) Une autre étude sur des fraises, réalisée par l’Université de Floride en 2003, nous apprend qu’un lavage avec de l’eau contenant 2% de sel de table ou 10% de vinaigre réduit le nombre de bactéries (telles qu’Escherichia Coli, encore elle) d’environ 90%. Mais la solution à base de vinaigre élimine à elle seule 95% des virus ! Contre les micro-organismes, le sel concurrence donc le vinaigre, sans toutefois le détrôner.

Etudes sur les pesticides :

1) La toute dernière étude sur le sujet a été réalisée par l’Université du Massachusetts en 2017. Des chercheurs ont comparé l’efficacité de trois méthodes différentes pour enlever deux résidus de pesticides sur des pommes : un bain à l’eau du robinet, un bain avec un mélange d’eau et de Javel (le “Clorox”, couramment utilisé aux Etats-Unis) et une solution composée d’eau et de bicarbonate de soude dosé à 1%, suivi dans chaque cas d’un rinçage à l’eau claire. And the winner is … baking soda ! (le bicarbonate, pour les anglophobes 😉 ). Après seulement deux minutes, le bicarbonate de soude est le produit le plus efficace pour enlever les résidus de pesticides qui se trouvent sur la peau des pommes. Mais pour retirer un maximum de résidus, il faut laisser tremper les pommes au moins 15 minutes (on a alors -80 % de thibendazole et -96% de phosmet, ce n’est pas rien). Si 15 minutes cela vous semble interminable, rassurez-vous : selon les chercheurs américains, immerger votre fruit dans 500 ml d’eau avec une cuillère à café de bicarbonate de soude, même moins longtemps, c’est déjà bien.

Cependant l’étude reconnaît qu’aucune technique ne permet d’éliminer totalement les pesticides qui ont passé la barrière de la peau du fruit : dans ce cas seul l’épluchage est efficace. On doit alors renoncer aux nutriments contenus dans la peau …

2) En 2015, des scientifiques polonais ont comparé plusieurs méthodes de nettoyage. Au total quatre méthodes ont été testées sur des fraises porteuses de 16 résidus de pesticides différents : un bain dans de l’eau du robinet, un bain dans de l’eau enrichie en ozone, un passage aux ultrasons et, dernière méthode, l’ébullition. Quoi, vous n’avez pas d’ozone et de machine à ultrasons chez vous ?? Dommage, le passage aux ultrasons serait la méthode la plus efficace pour enlever les résidus de pesticides, suivi du bain dans de l’eau enrichie en ozone. L’ébullition donne aussi des résultats satisfaisants : en faisant bouillir les fraises à 100°C pendant 5 minutes, on obtient une réduction d’environ 43 à 93% d’une majorité de pesticides, en particulier ceux solubles dans l’eau. Toujours selon cette étude, un simple bain dans de l’eau du robinet n’est que partiellement efficace. S’il est intéressant de constater l’influence de la cuisson sur la dégradation des pesticides, les autres procédés analysés ne sont malheureusement pas à notre portée en tant que consommateurs. Vous vouliez manger des fraises à la chantilly sans arrière-goût de pesticides ? Vous n’aurez plus qu’à vous rabattre sur de la confiture de fraises …

Et le vinaigre dans tout ça ? Patience, ça arrive …

3) En 2015, des chercheurs brésiliens ont mené des expériences sur des tomates : ils ont comparé le lavage à l’eau, le lavage avec une solution de 10% de bicarbonate de sodium, le lavage avec une solution de 10% de vinaigre et, pour finir, l’épluchage. Résultat : les trois techniques de lavage ont une efficacité différente selon le type de pesticide, alors que l’épluchage est efficace dans tous les cas (les Américains sont d’accord avec les Brésiliens sur ce dernier point, rappelez-vous l’étude de 2017).

4) Une étude publiée dans “Food Control” en 2006 (une revue scientifique de l’ONG “European Federation of Food Science and Technology”) a examiné différents procédés domestiques et a constaté dans chaque cas une baisse des taux de résidus de quatre pesticides présents sur du chou : le lavage à l’acide acétique (vinaigre), au chlorure de sodium (sel de table) ou à l’eau du robinet, la conservation au réfrigérateur et la cuisson à la poêle. Les deux procédés les plus efficaces seraient la cuisson à la poêle pendant 5 minutes et le lavage à l’aide des solutions dosées distinctement à 10% de vinaigre et à 10% de sel pendant 20 minutes. Ça fait un peu long tout de même …

5) Selon des scientifiques du “Connecticut Agricultural Experiment Station”c’est l’action mécanique de frotter le fruit ou le légume sous l’eau courante qui permettrait d’enlever efficacement les résidus de pesticides. D’ailleurs ils conseillent de toujours laver nos fruits et légumes sous l’eau pendant au moins 30 secondes. #frottefrottefrotte

Que retenir de tout cela ?
  • D’abord, aucune méthode n’élimine 100% des micro-organismes et résidus de pesticides.
  • Pour éliminer un maximum de micro-organismes, il nous est conseillé de laver à l’eau, frotter, rincer et sécher nos fruits et légumes. Un bain d’eau vinaigrée à 10% est la méthode la plus efficace en complément du lavage à l’eau. Un bain d’eau salée à 10% sera aussi efficace (sauf contre les virus).
  • Le bicarbonate de soude n’a pas été reconnu comme un antibactérien efficace.
  • Contre les résidus de pesticides, l’épluchage est le procédé le plus efficace pour enlever les pesticides qui ont migré vers l’intérieur du produit.
  • Pour éliminer un maximum de pesticides, le fait de tremper le fruit ou le légume dans un bain d’eau et de 10% de bicarbonate est reconnu comme la méthode la plus efficace. Une eau vinaigrée ou salée à 10% a également fait ses preuves. Plus on laisse tremper longtemps, plus ce sera efficace.
  • Une cuisson à l’eau ou à la poêle contribuerait également à l’élimination d’une partie des résidus de pesticides.

Concernant le jus de citron et l’extrait de pépins de pamplemousse, dont on parle souvent comme nettoyants pour fruits et légumes, leurs propriétés bactéricides et antiseptiques sont reconnues depuis longtemps mais je n’ai trouvé aucune étude scientifique prouvant leur efficacité contre les résidus de pesticides. Je les laisserai donc de côté pour l’instant, d’autant plus qu’ils sont plus chers que le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude ou le sel. Soyons écolos et économes 🙂

Le champion toutes catégories est donc … le vinaigre ! Il est à la fois efficace contre les micro-organismes et contre les résidus de pesticides. Il a aussi l’avantage de faire sortir les petites bêbêtes encore vivantes. C’est aussi le moins cher, c’est donc pour lui que j’ai opté. Juste derrière, le sel est le Poulidor des nettoyeurs.

En pratique, de quoi ai-je besoin ?

  • Idéalement un grand récipient : une bassine ou une essoreuse à salade par exemple. Si vous préférez utiliser votre éviter, veillez à vraiment bien le nettoyer et désinfecter au préalable (évitons la contamination).
  • Une brosse à légumes (à défaut une brosse à dents propre) pour certains fruits et légumes. On en trouve par exemple en magasins bio.
  • Du vinaigre blanc, également appelé vinaigre d’alcool ou cristal – vous pouvez en trouver des bouteilles d’un litre ou un litre et demi à moins de 1€ en supermarchés – OU du sel de table OU du bicarbonate de soude (sachant que le bicarbonate ne sera pas efficace contre les micro-organismes pathogènes).
  • Un torchon propre.

Attention, ne mélangez pas le vinaigre avec le bicarbonate de soude, l’un étant acide et l’autre basique, leurs effets vont s’annuler (d’ailleurs cela crée une réaction chimique : ça mousse) ! Evitez à tout prix l’eau de Javel, les peaux de certains fruits et légumes sont poreuses et peuvent l’absorber.

J’ai tout le nécessaire, comment je procède ?

  1. Je me lave les mains et j’ai tous mes ustensiles propres à portée de main.
  2. Je lave une première fois mes fruits ou légumes à l’eau courante, en frottant à la main ou à l’aide de ma brosse à légumes si cela s’y prête (par exemple pour les pommes de terre, les carottes, les courgettes …), pendant au moins 30 secondes.
  3. Je mets à tremper mes fruits ou légumes dans un mélange d’eau et de 10% de vinaigre (pour un litre d’eau, mettre 10 cl de vinaigre).

OU 6 à 7 cuillères à soupe rases de sel fin par litre d’eau – OU 9 à 10 cuillères à soupe rases de bicarbonate de soude par litre d’eau, 10% étant dans tous les cas la proportion de référence dans les études scientifiques. Libre à vous réduire les quantités, mais ce sera moins efficace.

  1. Si j’ai le temps, je laisse reposer au moins 15 minutes (sauf pour les fruits fragiles comme la pêche ou l’abricot, laisser tremper peu de temps ; pour les herbes fraîches, éviter un trempage au vinaigre, cela peut dénaturer leur goût).
  2. Je rince à l’eau claire pour supprimer le goût du vinaigre.
  3. Je sèche à l’aide du torchon ou d’une essoreuse à salade.

Et si je n’ai pas le temps ?

Au quotidien, cuisiner du “fait maison” prend déjà pas mal de temps et on n’a pas forcément 20 minutes à consacrer au simple lavage des fruits et légumes. La solution ? Suivez les différentes étapes en réduisant le temps de trempage à quelques minutes.

Pas le temps du tout ? Pour des fruits et légumes bio, ne faites que l’étape du lavage à l’eau courante en insistant bien sur le brossage, puis séchez. Pour des produits non bio, lavez-les soigneusement à l’eau courante et épluchez-les si possible. Ce sera toujours mieux que rien 🙂

Le “dilemme” de l’épluchage ou pourquoi renoncer aux nutriments

Les études scientifiques le montrent, retirer la peau est le meilleur moyen d’éliminer les pesticides car c’est là que la majorité des pesticides se déposent. Malheureusement c’est aussi la peau qui contient une grande partie des vitamines et minéraux.

Mes conseils :

  • Si vous choisissez des produits non bio, lavez-les et épluchez-les. Pourquoi les deux ? Comme je vous le disais en intro, les micro-organismes pathogènes et les pesticides présents sur la peau peuvent se déposer sur la chair via l’épluche-légumes ou simplement par l’intermédiaire de vos doigts. Ensuite l’épluchage en profondeur est vivement conseillé car les pesticides peuvent traverser la peau (c’est par exemple le cas dans l’étude 2017 sur des pommes).
  • Si vous choisissez des fruits et légumes bio, lavez-les et mangez-les avec la peau, vous aurez ainsi tous les avantages  🙂

Dans la mesure du possible, privilégiez l’agriculture biologique (ou votre potager !), surtout lorsque vous cuisinez pommes, salade et autres fruits et légumes particulièrement pollués par les pesticides.

Y a-t-il autre chose que je dois savoir ?

Oui ! Lavez vos fruits et légumes juste avant de les manger, et non à l’avance. Pourtant j’admets que ce serait bien pratique … Le problème, c’est que la peau de vos fruits et légumes prélavés, même essuyés, va retenir de l’eau. Et les petites bêtes (bactéries, micro-organismes) adorent l’humidité … Non seulement vous aurez nettoyé votre produit un peu pour rien, mais vous aurez en plus réduit sa durée de conservation. Alors évitons le gâchis, non ?

Dans un monde idéal, il faudrait aussi nettoyer les fruits et légumes que vous consommez sans leur peau (par exemple les agrumes, les melons …). Quoi, eux aussi ? Et oui, rappelez-vous, je vous parlais plus haut des risques de contamination des micro-organismes pathogènes et des pesticides par simple contact. Personnellement je ne le fais pas par manque de temps, donc je ne vous jetterai pas la pierre si vous ne le faites pas non plus !

Vous êtes arrivé.e au bout de cet article, BRAVO !! Maintenant le nettoyage des fruits et légumes n’a plus de secrets pour vous. A vos brosses !

Ecrit par Lorrie
Bienvenue sur mon blog ! Ici on parle nature, bien-être et alimentation saine.

    2 commentaires

  1. Lucie 14 mai 2018 at 06:52 Répondre

    Supers astuces ! J’avoue que je ne pense pas à laver longuement mes légumes mais je le ferais grâce à ton article qui explique bien les choses !

    • Lorrie 14 mai 2018 at 18:30 Répondre

      Merci Lucie, je suis ravie que cet article te soit utile 🙂

Laisser un commentaire