Les lumières scintillantes aux balcons et fenêtres, les préparatifs de cadeaux pour petits et grands, le sapin majestueux qui trône au milieu au salon … Il y a comme un air de fêtes. Et oui, le compte à rebours est lancé. Le réveillon de Noël, c’est déjà dans 7 jours ! Sauf que cette année vous avez décidé de bouder les traditionnels foie gras, saumon fumé, dinde farcie, plateau de fromages et bûche glacée. De quoi redouter les réactions de vos proches ! Vous êtes végane, végétarien, flexitarien ou simplement en transition : quelques conseils pour passer Noël en famille, sans jouer les trouble-fêtes 🙂

Comprendre les traditions

L’année dernière, dans ma famille, le vent du changement avait déjà soufflé : c’était mon premier Noël végétarien. Cette année, il sera végane. Comme moi, vous appréhendez sûrement les réactions de vos proches. Commençons par les comprendre.

Dans l’imagerie collective, les fêtes tiennent ce rôle d’exutoire, elles sèment ces grains de folie qui viennent égayer notre quotidien et son lot d’embûches : elles sont cette période idéalisée où tous, de papi gâteau à tante Claudette, nous retombons dans l’enfance. Où nous pouvons oublier d’être raisonnables. Acheter pour les autres ce que nous ne nous serions jamais offert. Déguster des plats exceptionnels. Combiner l’énergie et les ressources dont nous disposons dans un unique dessein : le plaisir.

Jusqu’à nos époques industrielles la consommation de viande était d’autant plus luxueuse qu’elle était rare, elle est devenue et restée LE produit noble, le symbole de la tradition festive par excellence, dinde de Noël, canard à l’orange, noix de saint jacques, langoustines, foie gras … casser ces codes semble peine perdue. Alors ne le faisons pas … Pas tout de suite. Et comprenons : le désarroi, la surprise, le rejet : de ces proches à qui nous rappelons, sans le vouloir, que « Ce que nous mangeons est au prix de l’horreur » #hommageàJeanRochefort

celebration-christmas-christmas-decorations-704218

Expliquer ses convictions

C’est mon premier conseil : en parler avec vos proches en avance, en douceur. Expliquez-leur simplement ce que vous pouvez manger ou non, et répondez à leurs interrogations. La plupart des gens ne connaissent pas les différences entre végétarien, végétalien, végane ou ne considèrent pas les poissons et crustacés comme des animaux. Même si ce c’est ni la première ni la dernière fois que vous serez amené à l’expliquer, faites-le avec toute la patience et la bienveillance dont vous savez faire preuve 🙂

A vos tabliers !

Deuxième point essentiel : anticiper le repas. Vous aurez facilement accès à la cuisine ? Pourquoi ne pas proposer de mettre la main à la pâte ? Si votre hôte semble suffisamment ouvert, n’hésitez pas à discuter des plats qui seront proposés le jour J. Suggérez des alternatives, par exemple des légumes cuits à l’huile d’olive plutôt qu’au beurre, ou bien indiquez des recettes simples à réaliser. Encore mieux : apportez les ingrédients nécessaires à la confection d’un de vos plats préférés. Une bonne occasion de cuisiner une recette végane en famille !

Vous sentez que l’accès à la cuisine va être compliqué ? Apportez des apéritifs, une entrée, un dessert, préparez en avance votre plat fétiche que vous réchaufferez au moment de servir. Retroussez-vous les manches ! C’est le moment d’épater votre famille et de leur montrer que la cuisine végane peut être délicieuse 🙂 C’est aussi l’occasion de tester de nouvelles recettes, d’utiliser des ingrédients festifs comme les châtaignes, les truffes et du champagne (végane) dans vos préparations.

Vous n’avez pas le temps de cuisiner ? Vous pourriez acheter de la tapenade, des terrines véganes, de l’houmous ou d’autres plats froids d’inspiration libanaise. Mais la meilleure solution est de faire appel à un traiteur. Renseignez-vous, ils sont souvent accommodants #cachezCeFromageQueJeNeSauraisVoir – et il existe peut-être des traiteurs spécialisés en cuisine végétalienne autour de vous ! Depuis un an environ, je commande mes fromages végétaux et du faux foie-gras chez un traiteur spécialisé. C’est un sacré gain de temps et c’est délicieux 🙂

Gardez en tête que vos proches ont certainement besoin d’être rassurés. Montrez-leur que vous êtes prêt/e à aider et à faire en sorte que ces fêtes se déroulent le mieux possible malgré les contraintes que vous imposez.

BkSmDQSwx-dreamstime_22272424f_jpeg,q_80

Le Jour J: la pression sociale

Le feu crépite dans un coin de cheminée, le sapin arbore fièrement ses habits de couleur et ses bijoux étincelants, Mamie a sorti ses guirlandes (ou l’inverse), bref on y est, tout le monde s’est mis sur son 25 et attend avec excitation la star du repas, celle qui s’est fait prier pendant 364 jours, qui fait la une des films hollywoodiens et des spots publicitaires, celle qui se farcit tout le gratin et qui est chaude comme la braise, vous savez, la bonne vieille dinde farcie. Avec enthousiasme la maîtresse de maison vous demande : alors comment elle a l’air cette dinde ?!

1. Euh … morte ?

2. Elle a l’air délicieuse, j’en regretterais presque d’être végane !

Et gare à vous si vous ne donnez pas la réponse n°2…

Évitons de faire un débat sur le véganisme en plein repas #spécialedédicaceàmonchéri. Si jamais un proche lance le sujet, prenez tout de suite les choses en main et dites que ce n’est pas le moment d’en discuter, que vous leur souhaitez de se régaler et que l’essentiel c’est que vous soyez tous ensemble réunis. Un repas de famille, ce n’est ni une manif, ni une action de tractage ! Choisissez le bon moment pour en parler. Si un moment opportun se présente, échangez avec calme, raison et bienveillance, encore une fois, sans forcer les choses.

Pendant la soirée, vous allez forcément vous retrouver nez-à-nez avec tout ce que vous évitez le reste de l’année. Si c’est possible, asseyez-vous à côté d’un proche “vegan-friendly”, histoire d’avoir au moins une personne bienveillante dans votre entourage, et évitez de côtoyer le tonton chasseur qui ne jure que par la caille fumante farcie au foie gras.

Une petite préparation psychologique pourra s’avérer utile. Car en cette période de fêtes, vos convictions seront mises à rude épreuve. Petit florilège #truestory :

  • Tu es sûre que tu ne veux pas une part de dinde, elle est déjà morte de toute façon !
  • Ah oui tu es végane, c’est à la mode ça.
  • Allez faut manger de tout, sinon t’étonne pas d’être fatiguée et d’avoir des carences après.
  • Mais pourquoi tu ne manges pas de fromage et de beurre ? Ça fait du bien aux vaches d’être traites !
  • Pas de Saint Jacques non plus ? Mais les mollusques ça ne ressent pas la douleur !
  • Et les légumes, peut-être qu’ils souffrent aussi, qui sait ?
  • Franchement avec tout ce qu’il se passe dans le monde, on n’est plus à ça près. Et puis il y a pas des combats plus sérieux à mener ?
  • Tu nous gâches le plaisir … Tu peux pas faire une exception, pour une fois ?

La pression sociale, vous l’avez sans doute déjà expérimentée en dehors du cercle familial. A Noël, elle sera à son paroxysme. Certains membres de votre famille auront du mal à comprendre vos choix, et c’est normal. Les bonnes viandes, les bons fromages sont pour beaucoup indissociables des moments de convivialité et de partage.

August-17-2012-23-56-16-dinoSHOWcolour

Le sourire: meilleur ambassadeur du véganisme

Préparez-vous à ne pas réagir aux provocations. ll est important de rester compréhensif et diplomate. Une première manière de désamorcer la situation : l’humour. Pourquoi ne pas rire aux boutades que l’on vous fait ? Voire en rajouter, faire du second degré ? N’hésitez pas non plus à botter en touche avec humour: “C’est Noël ou c’est ma fête ?”, “Occupe-toi de ton assiette !”, “N’as-tu pas honte de regarder dans l’assiette d’une femme ?”… N’hésitez pas à préparer quelques tournures “joker” qui vous permettront d’éviter un sempiternel débat, l’essentiel étant que vous soyez à l’aise et que vous vous les appropriiez.

La plupart des gens ont une vision caricaturale des véganes. Vos proches vous connaissent, et vous aiment, montrez leur que vous êtes resté/e le/la même : non, vous n’allez pas saccager des boucheries pendant vos week-ends, non, vous n’avez pas incendié le McDo du coin. Vous êtes végane, pas terroriste !

Pour vous éloigner de ces clichés et faire évoluer les mentalités, restez souriant/e et agréable. Montrez que non, vous n’êtes pas un/e rabat-joie, et que les fêtes peuvent se dérouler dans la joie et la bonne humeur sans pour autant consommer le traditionnel saumon fumé 🙂 Expliquez à vos proches que partager un repas, cela ne veut pas forcément dire manger la même chose, c’est aussi et surtout la joie d’être ensemble autour de la table, de partager des anecdotes et de rire ensemble !

Si malgré tous vos efforts, vous avez l’impression que vos proches restent fermés sur le sujet, ce n’est pas grave. Vous aurez peut-être planté une graine sans le savoir 🙂 D’ailleurs, une petite idée de cadeau à glisser sous le sapin pour quelqu’un de curieux et qui aime cuisiner : votre livre de cuisine végane préféré.

snowman-family

Se préserver et prendre du temps pour soi

Vous l’aurez compris, l’état d’esprit avec lequel vous abordez ces fêtes de fin d’années est crucial. Si vous m’avez lue jusqu’ici, c’est peut-être que vous êtes inquiet. Vous vous souciez du bien être animal, de votre famille et de leurs convictions. Rassurez-vous, il n’est pas nécessaire de s’en faire une montagne ! Détendez-vous et commencez par vous féliciter d’avoir pris ce temps de lecture pour vous.

La période des fêtes est marquée par une surabondance de cadeaux, de décorations, de chocolats, de nourriture, et surtout … de stress ! Il faut organiser les repas, penser aux cadeaux, courir partout pour finaliser les derniers détails, composer avec les goûts de chacun, le budget, et parfois même gérer des tensions familiales qui ressurgissent … Être végane dans ces circonstances n’est pas une mince affaire.

Alors accordez-vous des pauses pour faire des exercices de respiration, prendre du temps pour vous, et méditer. Cela peut être aussi l’occasion de vous mettre au yoga ! Gardez en tête vos convictions.

Sachez aussi que vous n’êtes pas seul/e dans ce pétrin noëlien : cherchez du soutien auprès d’autres véganes. D’accord, dans la vraie vie, il n’y en a peut-être pas beaucoup autour de vous. Mais sachez qu’il existe de nombreux groupes Facebook véganes ! Réagissez aussi sur littlegreenwords : pourquoi ne pas y partager vos perles de Noël en famille, cela vous aidera à relativiser 🙂

cold-frost-frozen-259659

Dernier conseil : tenez bon ! Les fêtes de fin d’année sont un moment crucial car c’est LA période où il y a le plus de ventes de produits issus de l’exploitation animale, en particulier des produits qu’on voit rarement sur les tables le reste de l’année (quoi, vos parents ne mangent pas du caviar et des huîtres tous les jours ?). Alors pas question de flancher: may the force be with you ! 😉

Je vous souhaite à toutes de très belles fêtes de fin d’année, sans cruauté ❤

Ecrit par Lorrie
Bienvenue sur mon blog ! Ici on parle nature, bien-être et alimentation saine.

    3 commentaires

  1. unbrindemaman 17 décembre 2018 at 18:23 Répondre

    Plein de super conseils par ici. Je ne suis pas végane, ni végétarienne mais je respecte les personnes qui le sont assez pour les laisser faire ce qu’ils veulent et ne pas insister.
    Joyeuses fêtes de fin d’année :*
    EM.

    • Lorrie 19 décembre 2018 at 19:00 Répondre

      Bonjour Unbrindemaman,
      Je suis très touchée que tu aies pris le temps de lire l’article en entier alors que tu n’es ni végane ni végétarienne 🙂 Je trouve génial que tu sois ouverte et tolérante, c’est vraiment essentiel pour vivre en cohésion les uns avec les autres, quelles que soient nos convictions.
      Au plaisir de te lire, je te souhaite de très belles fêtes de fin d’année ! :*
      Lorrie

  2. Jolies Curiosités 20 décembre 2018 at 13:26 Répondre

    Bonjour Lorrie,
    Merci pour tous ces conseils utiles et avisés ! J’adore l’idée de ramener un plat VG pour le faire découvrir à notre entourage. Et je note aussi quelques phrases que tu proposes pour répondre aux questions qui peuvent décontenancer lors d’un repas. En tout cas, c’est certain qu’il faut parler de nos convictions avec sourire et bienveillance. Il n’y a que comme ça que les mentalités changeront 😉
    Joyeuses fêtes de fin d’année et à bientôt 🙂

Laisser un commentaire